Mes chers lecteurs, mes chères lectrices, voici mon blog construit essentiellement autour de mes oeuvres afin de partager et d'échanger avec vous. Vous aurez l'accès aux livres, aux reportages et interviews, radio ou TV, aux articles de presse, etc... Aussi, vous pourrez me demander des dédicaces. Alors à bientôt... Nedim Gürsel «On n’habite pas un pays, on habite une langue. Une patrie, c’est cela et rien d’autre. » (E.M. Cioran, Aveux et anathèmes). Blog créé par Zühal Türkkan Gürsel et Leyla-Gün Gürsel.

09 Dec

"Voyage au coeur de la turquie", Ed. Empreinte Temps présent, 2013.

Publié par Nedim GÜRSEL  - Catégories :  #Récit, #Press book

Illustrations par les photographies de Damien GUILLAUME.

Illustrations par les photographies de Damien GUILLAUME.

Résumé :

Extrait

Avant le départ

Je me souviens de nos excursions scolaires. Je suivais pas à pas notre professeur d'histoire qui, en pantalon court, coiffé d'un chapeau de paille, parcourait les ruines, retirait ses lunettes de soleil pour examiner attentivement chaque pierre et s'extasiait devant les caractères à moitié effacés d'une vieille inscription comme s'il avait trouvé un trésor. Bien des civilisations ont traversé notre pays. On y a édifié des temples, des autels, des synagogues, des églises, des mosquées, assiégé et pillé des cités. Sanctuaires dressés vers le ciel pour accéder à Dieu, palais, murailles et mausolées ont été démolis. Des Hittites aux Hellènes, de Rome à Byzance, des Seldjoukides aux Ottomans, l'histoire, notre histoire a été écrite sur les pierres et les rochers, les tablettes d'argile, le parchemin, la peau de gazelle et les dessins sous verre. A en croire notre professeur d'histoire, c'était nous qui avions adoré le soleil, eu foi en Jésus et en Allah, bu le vin de Dionysos et tété le sein de Cybèle. C'était nous qui avions érigé les piliers de marbre des rivages de la Méditerranée et de l'Égée, bâti au coeur de la steppe les caravansérails aux coupoles de plomb, orné les murs des églises de fresques multicolores, les mosquées de carreaux de faïence et les coupoles de lunes et d'étoiles. C'était notre peuple qui avait conçu l'architecture de la première ville d'Alacahöyük, du temple d'Artémis d'Éphèse et du Mausolée aujourd'hui disparu d'Halicarnasse. C'était lui qui avait tissé les kilims hittites aux motifs solaires et ces merveilleux tapis colorés de rouge, de vert et de turquoise. C'étaient nos navires qui faisaient voile vers le grand large et nos caravanes qui traversaient les déserts et franchissaient les montagnes sur la route de la soie. Avant d'opter pour le turc, nous avions parlé mille et un langages anciens, y compris la langue des oiseaux, et nous y avions puisé le souffle de notre inspiration. Au cours de l'histoire, l'Anatolie n'avait connu qu'un seul courant ininterrompu, un processus sans pareil. Nous étions établis sur un patrimoine extrêmement riche et varié, aux racines profondes. Nous devions assumer toute notre histoire, assimiler la totalité de notre héritage, des civilisations antiques à nos jours, sans négliger la moindre petite pierre, fût-elle couverte de mousse.

C'est en tout cas ce que pensait notre professeur d'histoire ; quand il commençait à évoquer les civilisations anatoliennes, en déployant ses vastes connaissances et sa curiosité scrupuleuse, il était impossible de rester indifférent. Quand il parlait, je voyais défiler devant mes yeux, comme un film, en un mouvement sans fin, les chars de guerre, les cavaliers mongols et les tribus turkmènes nomades, les rivières s'enflaient dans l'immense plaine et les forteresses réputées imprenables tombaient. Cependant le monde que nous découvrions au cours de ces excursions, sous la conduite de notre professeur, se réduisait pour beaucoup d'entre nous à de vieilles pierres et à des murs en ruines. Et à des mots difficiles à prononcer, aux sons exotiques et impossibles à retenir. «Naiskos», «nymphes», «nécropole» et autres «narthex». Chacun de nous était tenu d'apprendre en priorité les mots qui commençaient par la même lettre que son prénom. Je commençais donc par la lettre N. J'essayais d'apprendre par coeur les mots que je cueillais dans la mythologie grecque et l'architecture byzantine, puis je passais à d'autres, que je m'efforçais de graver à leur tour dans ma mémoire, mais le résultat était catastrophique. Les vocables insolites évoquaient des pays étrangers, des territoires fort éloignés de l'Anatolie et qui attendaient d'être découverts, avec leurs populations méconnues. Ils m'emportaient au loin, et pourtant les vieilles civilisations qui attendaient d'être découvertes n'étaient pas au bout du monde, elles étaient là, sous mon nez. Les «acropole», «agora», «anastylose», «atrium», «amphore» et «anachorète», tous ces termes dont le sens m'échappait, constituaient un langoureux appel au voyage, et chacun de ces mots suffisait à jeter une ombre sur ma vie.

Biographie de l'auteur

Damien Guillaume est né en 1978 à Besançon. Photographe professionnel, ses oeuvres ont été exposées dans plusieurs capitales européennes. Il est représenté par l'agence Révélateur. Il a publié notamment : Regards croisés, Besançon, nature intime du temps avec Nedim Gürsel, La Turquie biblique avec Sébastien de Courtois, Istanbul, les derniers artisans, avec Jean-Michel Belorgey. Nedim Gürsel est directeur de recherche au CNRS et chargé de cours à l'Institut National des Langues et Civilisations Orientales. Il est l'auteur d'une trentaine d'ouvrages traduits dans de nombreuses langues. Il a publié notamment La Turquie une idée neuve en Europe, Belle et rebelle, ma France et Retour dans les Balkans aux éditions Empreinte temps présent. Il a récemment obtenu le prix Méditerranée pour son dernier roman L 'ange rouge. paru aux éditions du Seuil. Rencontre avec l'écrivain turc Nedim Gürsel autour de son ouvrage "Voyage, au coeur de la turquie"

Photographie de Damien Guillaume (Ed; Empreinte Temps présent)

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jeudi 30 octobre 2014 à 18H30

Un magnifique album pour découvrir, sous la plume du grand écrivain-voyageur turc, Nedim Gürsel, avec les illustrations du photographe Damien Guillaume, un portrait méconnu de la Turquie.

Loin des plages touristiques et des hôtels de luxe, loin de la trépidante Istanbul, nous pénétrons au coeur même de l’Anatolie secrète. Cet ouvrage dévoile le riche passé, antique, byzantin, seldjoukide ou ottomans de ces immenses espaces. Ici et là nous retrouvons la trace des peuples en migration qui, au fil des siècles, ont investi ce territoire.

Au témoignage archéologique, s’ajoutent celui de la littérature et celui des populations bigarrées qui composent sa géographie. La Turquie hors des sentiers battus. Un véritable voyage buissonnier…

Nedim Gürsel est directeur de recherche au C.N.R.S. et chargé de cours à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales. Il est l’auteur d’une trentaine d’ouvrages traduits dans de nombreuses langues. Il a publié notamment "La Turquie une idée neuve en Europe", "Belle et rebelle", "ma France et Retour dans les Balkans" aux éditions Empreinte temps présent. Il a récemment obtenu le prix Méditerranée pour son dernier roman "L’ange rouge", paru aux éditions du Seuil.

Damien Guillaume est né en 1978 à Besançon. Photographe professionnel, ses oeuvres ont été exposées dans plusieurs capitales européennes. Il est représenté par l’agence Révélateur. Il a publié notamment " Regards croisés", " Besançon, nature intime du temps" avec Nedim Gürsel, "La Turquie biblique" avec Sébastien de Courtois, "Istanbul, les derniers artisans", avec Jean-Michel Belorgey.

http://www.cca-paris.com/index.php?option=com_content&view=article&id=527%3Arencontre-avec-nedim-gursel&Itemid=1

À propos

Mes chers lecteurs, mes chères lectrices, voici mon blog construit essentiellement autour de mes oeuvres afin de partager et d'échanger avec vous. Vous aurez l'accès aux livres, aux reportages et interviews, radio ou TV, aux articles de presse, etc... Aussi, vous pourrez me demander des dédicaces. Alors à bientôt... Nedim Gürsel «On n’habite pas un pays, on habite une langue. Une patrie, c’est cela et rien d’autre. » (E.M. Cioran, Aveux et anathèmes). Blog créé par Zühal Türkkan Gürsel et Leyla-Gün Gürsel.